#RetroRacing : Stabilisation en Division II pour le RCFC

Présent pour la 3ème année consécutive en Division II française, le RCFC poursuit son développement au plus haut niveau lors de la saison 1947-1948.

Fort d’une ligne d’attaque renforcée avec notamment les arrivées du stadiste Vecchies et du Sochalien Dupal, le Racing entame sa saison de la plus belle des manières en allant s’imposer sur la pelouse d’Angoulême en ouverture du championnat.
Les rouges parviendront à se hisser à la 4ème place en début de compétition. Malgré des défaites sur la pelouse de l’Olympique Lyonnais ou de Bordeaux, les racingmen enchaineront face au Mans, Béziers et à Douai.
Si l’attaque du Racing donnait les espérances d’avant-saison, par contre la défense, qui ne faisait pas preuve de la même efficacité, fût balayée à Amiens et au C.A. Paris la lanterne rouge. La tactique défensive lensoise gênera considérablement les Racingmen qui se contenteront d’un nul.

Contre toute attente le Racing sera très rapidement éliminé 5 à 1 de la coupe de France par les amateurs du Thillot animés par Etienne Mattler qui auront joué ce jour-là le match de leur vie.

Les bisontins ont d’autres objectifs et se replongent dans le championnat avec deux victoires consécutives sur Troyes et Colmar, sérieux prétendants à la montée qui permettront au RCFC d’occuper la 6ème place à 2 points de second Valenciennes.
Tous les espoirs sont encore permis à 18 journées de la fin. Mais un point en 4 matchs ne va pas arranger leurs affaires puisqu’ils vont se retrouver à 8 points des Lensois et toute illusion pour la montée s’éloignera. Il fallut attendre la venue d’Angoulême pour voir enfin le réveil du Racing vainqueur 3 à 0.

Le championnat se terminera à Rouen sur une sévère défaite 5 à 1, ce qui vaudra aux Bisontins de terminer leur troisième saison chez les pros à la 12éme place à 21 points du champion.

Déçu par sa défense lors de la saison précédente, le RCFC se renforce et engage les Sochaliens Marras dans les buts, et Joly en défense, ainsi que le Messin Braun en milieu de terrain et le Manceau Grenier en attaque pour compléter un effectif prêt à démarrer une nouvelle saison au deuxième échelon français.

Une nouvelle fois dans la roue du leader au cours de la première partie de saison, le Racing se retrouvera à la 4éme place à quatre points de Lens, solide leader, et à trois de Rouen le second après 17 journées.

Le Président Labourier voyant que les résultats de son équipe autorisaient de sérieux espoirs pour l’accession en nationale décide de créer «le Club des Mille » et de constituer une des meilleures formations du championnat. Sykora le Sochalien, échangé contre Grenier dans l’accord Sochaux-Besançon, l’ailier de Metz Deléglise, Planté qui vient de Strasbourg, et surtout l’international Autrichien Jérusalem, en désaccord avec son club le S.R. Colmar, viennent renforcer le club bisontin pour la deuxième partie du championnat avec pour objectif la division I.

L’année se terminera avec 81 inscrits par le Racing qui aura déçu lors des matchs retour, victime de sa défense qui se sera laissé surprendre à 59 reprises. Mais heureusement que la ligne d’attaque se montra à la hauteur de sa réputation, seuls Bordeaux avec 107 buts et Nîmes 89 auront fait mieux.
Mais cette équipe que l’on attendait tant à mi-parcours devra se contenter de la 7ème place à 13 points des deux élus : Lens qui est venu chercher son titre de champion à la Gibelotte lors de la dernière journée et Bordeaux pourtant cartonné sur cette même pelouse à l’issue des matchs aller.

De gros moyens sont mis pour permettre au RCFC de voir grand dans cette 2ème division française. Le club se stabilise au plus haut niveau et renforce un effectif déjà très bien fourni avec l’objectif de se mêler à la course pour la montée en Division I.
Une chose est sûr, le Racing est ambitieux et le montre bien !