#RetroRacing : Une équipe professionnelle à Besançon

La création du championnat de France professionnel a été décidée lors du conseil national du 17 janvier 1932. Deux groupes de dix clubs furent créés.
Après sept saisons on vit les dominations de Lille, Sète, Sochaux, R.C. Paris et Marseille. La guerre vint interrompre la régularité des calendriers. Après six saisons de championnat de guerre, la compétition redeviendra normale pour la saison 1945 – 1946 avec une première division à 18 clubs et une deuxième à 2 groupes géographiques de 14.      

Le football, malgré tous les obstacles inhérents à la situation actuelle a repris ses droits et des équipes comme Le Mans, Annecy, Brive, Perpignan, Troyes, qui sont loin d’avoir les infrastructures du niveau de Besançon, avec un stade municipal, possèdent leur équipe.

A Besançon, dans le domaine du football, on en est toujours à la bonne petite routine. Les supporters des clubs d’honneur préparent leur éternel Racing – Bousbotte devenu P.S. Besançon depuis 1943 ! Deux équipes qui restent des structures amateurs à la rivalité locale très importante n’évolueront pas si le football bisontin reste ainsi.
Une fusion entre le club doyen et les gens de Battant est-il viable ? Supprimer une rivalité qui fait tant parler au niveau régional est-il nécessaire pour passer un cap ?

A Besançon, de nombreuses personnalités ont déjà pensé à monter une équipe pro mais l’idée en est restée à l’interrogation générale. Sochaux-Besançon en championnat national remplacerait tout de même avantageusement RCFC – PSB !

Le 6 aout 1945, c’est chose faite maintenant, et les dirigeants du Racing ont bien mérité Besançon. Lorsque M. Gianoli écrivait à la F.F.F. rue de Londres pour demander les renseignements sur la formation d’une équipe professionnelle, il n’espérait pas la réponse qu’il reçut :
« Besançon est admis à participer au championnat de France professionnel »

Le Racing passait pro, et c’est là que les difficultés commençaient. La commission amateur s’avérait insuffisante pour gérer les affaires du club et de nombreuses personnalités rejoignirent le RCFC pour répondre aux besoins de la structure.

Deux prospections, l’une financière, l’autre sportive, entamèrent une route semée d’embûches. La première sera très bien gérée tant les industriels et commerçants se montrèrent très compétitifs pour permettre au Racing d’enregistrer de très bons résultats.
La recherche des joueurs, quand à elle, aurait pu se limiter au cadre régional. Il fallait cependant des vedettes, et on alla en chercher. Ce ne fut pas sans peine car certains, à prix égal, ne voulurent pas signer pour une équipe de deuxième division.

Cependant, professionnalisme ne veut pas dire suppression de l’amateurisme : Le RCFC aura six équipes amateurs, sur lesquelles les instances dirigeantes auront les yeux fixés.
Le onze fanion tiendra son rôle dignement et les résultats obtenus cette saison attireront davantage les jeunes que l’on souhaite développer au Racing pour en faire de bons footballeurs.

Le Racing Club Franc-Comtois est maintenant professionnel. Le football bisontin à passer une étape très importante de son histoire ce 6 aout 1945, étape qui permettra aux franc-comtois de se confronter aux meilleurs équipe du pays pour un rayonnement national sur le territoire.
Nul doute que le Racing sera à la hauteur du défi qui les attend !