Zoom sur les projets du Club

Découvrez l’article de l’Est Républicain à propos des projets du Club ! 

“Un plan d’action fort pour développer le Racing Besançon à tous les échelons

Si l’équipe première capte la lumière, elle n’est rien sans un développement profond de toutes les strates sportives du club. Luc Bruder apporte son expérience pour construire un Racing Besançon ambitieux. Il a mis en place des actions fortes et couler des fondations fortes.

“Le puzzle prend forme au Racing Besançon. Et on a bien compris que l’équipe première est accompagnée d’un véritable plan de développement du club. À tous les étages, la politique du président Claude Cuinet se met en place. Et pour cela, il sait pouvoir compter sur Luc Bruder pour bâtir le Racing de demain. En un an les fondations ont été coulées, l’avenir est en marche et cela se fera pas à pas.

Un vivier pour l’équipe « première » Concernant l’aspect sportif pur et dur, la formation bisontine doit devenir un vivier de l’équipe fanion. « Notre ligne de conduite est de grandir ensemble.

Derrière l’équipe première , il y a toute une architecture qui se dessine. La post formation est importante et il faut que l’on s’améliore dans la continuité pour alimenter l’équipe première. À savoir travailler les mêmes principes de jeu pour permettre aux jeunes de s’imprégner de la signature Racing ». La face visible de l’iceberg concerne les 17 ans qu’il convient de maintenir au niveau national et les 19 ans qu’il faut promouvoir à cet échelon pour faciliter le principe des vases communicants « car le support compétition est important dans la formation ». « Mais cela implique un gros travail en profondeur et notamment de fidéliser l’ensemble des éducateurs pour que l’action soit efficace », insiste Luc Bruder. « On veut accompagner pour que les gens aient plaisir à se retrouver, à échanger. C’est ça l’esprit club. En parallèle, les responsables des pôles ont pour mission de cibler des éducateurs potentiels. On a offert 6 contrats d’apprentissage et ça, c’est vraiment un investissement car quand on fidélise et forme, on renforce notre cohérence et notre cohésion de travail. La Covid nous a d’ailleurs permis de faire évoluer notre méthodologie en décloisonnant nos équipes ». Comprenez par là que le staff d’éducateurs travaille désormais ensemble, non plus chacun dans son pré carré. 

Développer la pratique féminine

Le foot féminin, c’est aussi un axe prioritaire au Racing où l’on veut donner une impulsion à la pratique sur Besançon. Le RB souhaite ainsi ouvrir à la rentrée des sections mixtes aux collèges Victor-Hugo et Pergaud. « Cela profiterait à l’ensemble des clubs bisontins. Le Racing est le club support mais il faut bien comprendre que c’est un projet pour l’ensemble de la jeunesse bisontine qui veut allier passion du foot et études ». Avec la continuité en lycée, le Racing Besançon vise à terme le label excellence pour les féminines. Une aide pour les autres clubs Le RB décloisonne donc dans ses murs mais aussi à l’extérieur. Il veut jouer un rôle important dans le football bisontin. D’où la volonté de construire un relationnel positif avec ses clubs partenaires du Grand Besançon. « Il faut rentrer dans la réalité du terrain en créant des liens, des échanges ». Et cela doit aussi servir à l’image du club. Luc Bruder, tout comme son président, y tiennent beaucoup. Ils veulent savoir comment est perçu le Racing d’où cette volonté d’humaniser les actions du club. « Il n’est pas question d’avoir un club vampiriste. Au contraire, il faut qu’il y ait le plus de clubs possible à Besançon et ils se doivent de pouvoir exister. Un club comme le nôtre qui se développe en interne doit être une aide pour les autres clubs ».

Renforcer l’ancrage du Racing, c’est donc véritablement ce dont il est question du côté l’avenue Léo-Lagrange. Et Luc Bruder fait remarquer qu’alors que les licences ont baissé de 10 % à l’échelle de la ligue, celles du RB ont progressé de 2,6 % malgré la crise sanitaire. Des licenciés fidélisés par des actions sur le terrain et derrière les écrans ou encore par la décision de leur offrir un avoir de 30 euros sur la licence de la saison prochaine. Et tout cela est accompagné d’un projet citoyen développé par le Racing et baptisé école de la vie.

Foot animation au Léo-Lagrange

Le Racing Besançon a vu ses licences augmenter de 2,7 %. Mais il y a une catégorie d’âge qui pose problème : le foot animation pour les 6-11 ans. Luc Bruder en a fait le constat : « On a vu que notre base n’était pas assez large. On veut l’augmenter mais il faut proposer des séances qualitatives pour que les gamins prennent du plaisir et progressent ». Le nerf de la guerre, ce sont les infrastructures. « La Ville a bien compris notre volonté et elle va nous permettre d’occuper le Léo-Lagrange le mercredi après-midi. On aura ainsi un site d’accueil pour les enfants et les parents. On souhaite même proposer du soutien scolaire et j’ai demandé une réflexion pour bénéficier de la salle VIP en ce sens »”